Le mythique groupe Gnawa Diffusion en concert inédit, le 14 décembre 2019, au Théâtre Mohammed V de Rabat.

« Je voudrais être un fauteuil/Dans un salon de coiffure pour dames… » Ces paroles vous rappellent-t-elles quelque chose ? C’était en 1992 et cette chanson drôle et sensuelle à la fois, portée par une musique judéo-arabe, a propulsé un jeune groupe grenoblois sur la scène.   Gnawa Diffusion est né et avec lui un nouveau genre musical. Les paroles sont tour à tour incisives, percutantes, ironiques, enrobées de notes de guembri, guitare, percu, batterie… Leur premier vrai concert a lieu en 1997. Les dates s’enchaînent, le public adhère. Le mélange des cultures ravit et la recette marche.

Mené par le charismatique Amazigh Kateb, Gnawa Diffusion étonne et détonne dans le milieu artistique français. Son style musical est une fusion entre le rap, le raga, le raï, le chaabi, le gnawa ou encore le jazz. Sans être aficionado du genre musical, on se laisse entraîner, fredonner, taper des mains et des pieds, ou tout simplement reprendre en chœur les paroles d’Amazigh. Qui ne laissent pas indifférent.

Le leader du groupe, Amazigh Kateb est à lui seul, une légende… fils du célèbre auteur algérien Yacine Kateb, il apprend très tôt, sous la plume de son père, à développer une philosophie de combatif, voire de contestataire. Comme il l’a, à maintes reprises, expliqué lors de ses sorties médiatiques, le groupe Gnawa Diffusion est une « petite réaction à l’exil, une volonté de me faire ma petite Algérie »…  Cette Algérie qui ne le quitte pas… cette Algérie qu’il a été contraint de quitter en 1988, à l’âge de 16 ans pour rejoindre son père… cette Algérie dont il s’est érigé en porte drapeau de toutes les générations, chantant ses misères, ses gloires, ses injustices. 

Ses textes sont chantés en arabe, français, anglais pour être compris par le plus grand nombre de personnes. En 2007 pourtant, le groupe décide d’arrêter l’aventure, en donnant une ultime tournée en France et en Algérie.  Après une carrière solo en 2009 du leader, le groupe se reforme.  En 2013, il renoue avec son public marocain via le festival mawazine rythmes du monde, en 2014, sur la scène du L’Boulevard puis, la même année à Al Hoceima. Et en 2017, pour célébrer en apothéose les 25 ans de carrière du groupe et les 20 du Festival Gnaoua et Musiques du monde à Essaouira.

Inscrivez-vous à la newsletter Guichet.ma

Vous soyez alertés en amont des meilleurs plans, spectacles, concerts, festivals, etc...